Désactivé Preloader

Pourquoi la facture d'électricité des Français va-t-elle augmenter ?

23 Décembre 2020

La facture d'électricité devrait gonfler de 2% suite à la crise sanitaire. Si les deux confinements ont encouragé une telle hausse des tarifs, ce mouvement des prix est bien plus ancien. Explication.

La crise sanitaire a fait exploser la facture d'électricité des Français. La cause ? Les deux confinements ainsi que la généralisation du télétravail, des nouvelles habitudes qui pourraient coûter cher à la population. Selon le réseau de transport d'électricité (RTE), la consommation d'électricité chez les particuliers a augmenté de 4% pendant le premier confinement, tandis qu'Engie prévoit une hausse de 20% pour le deuxième confinement. De fortes majorations qui ne passeront pas inaperçues sur les factures des Français.

Une augmentation du tarif régulé de l'électricité de 2% en début d'année serait dans les tuyaux - ce qui représente une trentaine d'euros par foyer. Si les Français s'avèrent plus gourmands en énergie, leur nouveau mode de vie suite à la crise sanitaire n'explique pas tout. En effet, l'augmentation du prix de l'électricité est une constante depuis plusieurs années. Depuis 2010, son prix flambe de 3,2% par an en moyenne. Pour une famille de quatre personnes, par exemple, la facture annuelle moyenne est passée de 1019 euros à 1522 euros. Soit une augmentation de 49%.

Dans les foyers, c'est souvent l'incompréhension face à la flambée des prix. "Je suis passée de 32 euros par mois à 150 euros", déclare une consommatrice. Même son de cloche du côté d'une autre femme qui ne comprend pas pourquoi sa facture s'alourdit : "On a diminué la consommation et pourtant la facture augmente", déplore-t-elle.

Financer la transition énergétique

Mais qu'est-ce qui se cache derrière ces prix ? Plusieurs choses déterminent le tarif de l'électricité. Tout d'abord, il y a le coût de fourniture - soit la production d'électricité - le coût de réseau ainsi que la fiscalité. Sur la période allant de 2009 à 2016, la montée du prix de l'électricité est encouragée par la hausse des taxes. Selon une étude réalisée par l'Insee en 2019, la Contribution au service public de l'électricité - partie des taxes imputées aux clients - a été multipliée par cinq durant cette période.

"Ces taxes qui servent à financer la transition énergétique écologique ont plus que quadruplé. D'un côté, il s’agit de financer la transition énergétique mais de l'autre, je comprends que cela puisse faire mal au pouvoir d'achat. Il y a un équilibre à trouver", affirme François Carlier, délégué général de l'association de défense des consommateurs Consommation Logement Cadre de vie (CLCV). Le spécialiste détaille : "Il existe, par exemple, des parataxes, intégrées dans le prix de l'électricité pour financer les travaux d'économie d'énergie. "

Des investissements à financer

Mais les taxes ne sont pas les seules responsables de l'augmentation constante des prix. "Pour le réseau, on table sur une augmentation de 2%. Ce n'est pas très élevé mais dans ce domaine les tarifs augmentent presque chaque année. On a tendance à dire qu'en France, on a moins de coupures d'électricité mais c'est derniers temps, le réseau s'est un peu dégradé. Si on veut éviter des coupures, il faut investir", estime François Carlier.

Et alors que l'électricité est majoritairement d'origine nucléaire en France, elle est devenue plus coûteuse à produire. "Après l’accident de la centrale de Fukushima au Japon en 2011, l'Autorité de sureté nucléaire (ARS) a demandé à EDF de procéder à des travaux plus importants de sécurisation des réacteurs nucléaires français. On retrouve donc le coût de ces investissement dans la facture", indique Jérémie Haddad, consultant secteur énergie –EY consulting.

Pas de vraie concurrence tarifaire dans ce secteur

- François Carlier, délégue général de l'association de défense des consommateurs Consommation Logement Cadre de vie (CLCV)

Une autre question se pose : pourquoi la libéralisation opérée dans le secteur de l'énergie n'a-t-elle pas entraîné de baisses tarifaires, comme dans d'autres domaines ? "Alors que les prix augmentent au cours des années, les opérateurs alternatifs se contentent juste d'être 5% moins chers. Ils n'ont pas créé de vraie concurrence tarifaire dans ce secteur", poursuit François Carlier qui nous explique pourquoi : "Il faut dire qu'ils n'en ont pas les capacités techniques, le nucléaire est un monopole public qui appartient à EDF, il n'existe qu'un seul réseau de transport et de distribution. On ne va pas dupliquer et faire cinq ou six réseaux. Or cela représente la majorité des coûts du secteur de l'électricité donc les opérateurs alternatifs n'interviennent que sur un petit bout de chaîne."

Enfin dernière explication à cette hausse des prix : la campagne de l'installation du compteur Linky qui a coûté cher à Enedis. Désormais, elle le fait payer aux consommateurs. Cependant, ces derniers peuvent se réjouir d'une chose : le prix de l'électricité en France reste de 14% inférieur à la moyenne de l'Union européenne.

Tags : Source BFM Eco, banques, tarifs, impots, facture, économie