Désactivé Preloader

Péages, Smic, taxe foncière… Ce qui va augmenter en 2022

11 décembre 2021

Entre la hausse des tarifs des timbres, des péages autoroutiers ou encore de la taxe foncière, la nouvelle année qui arrive sera marquée par de nombreuses augmentations. Il y aura aussi quelques hausses "positives" : le Smic, les pensions de retraite du régime général et peut-être la rémunération des livrets réglementés. Revue de détail.

Les tarifs des timbres

A partir du 1er janvier 2022, le prix du timbre vert (pli distribué sous 48 heures en France métropolitaine) passera de 1,08 € à 1,16 €, celui du timbre rouge (lettre prioritaire distribuée en 24 heures en France métropolitaine) de 1,28 € à 1,43 € et celui de l’Ecopli, le timbre gris qui porte le délai d’acheminement à quatre jours en moyenne, de 1,06 € à 1,14 €. Quant aux tarifs des Colissimo des particuliers, toutes destinations confondues (métropole, outre-mer et international), ils augmenteront de 1,6 %.

Les péages des autoroutes : + 2 %

Après une hausse de 0,44 % le 1er février dernier, les tarifs des péages sur les autoroutes concédées par l’Etat devraient augmenter de 2 % en moyenne le 1er février 2022, selon les chiffres du ministère des Transports. Dans le détail, le réseau Autoroutes du Sud de la France (ASF), du groupe Vinci, devrait augmenter ses tarifs de 2,19 % et Autoroutes Paris-Rhin-Rhône (APRR), du groupe Eiffage, de 2,05 %, sous réserve que l’Etat valide ces hausses. Pour rappel, les contrats très stricts liant les sociétés d’autoroutes à l’Etat prévoient une augmentation automatique des prix des péages tous les ans au 1er février, en fonction notamment de l’inflation.

La taxe foncière : au moins + 3,4 %

En raison de la forte inflation, la taxe foncière et la taxe d’habitation sur les résidences secondaires devraient augmenter d’au moins 3,4 % en 2022. Chaque année, les valeurs locatives cadastrales des logements, qui servent de base pour le calcul des impôts locaux (taxe foncière et taxe d’habitation), sont revalorisées par l’application d’un coefficient forfaitaire. Depuis 2018, ce dernier est fixé en fonction de l’évolution sur douze mois de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) de novembre. Or, d’après une première estimation publiée mardi 30 novembre par l’Insee, l’IPCH augmente sur un an de 3,4 %.

Les loyers

En 2022, les locataires ne seront pas non plus épargnés par la hausse généralisée des prix. Sous l’effet de l’inflation, l’indice de référence des loyers (IRL), utilisé par les propriétaires-bailleurs pour réviser annuellement les loyers des logements vides ou meublés, est en forte progression. Publié chaque trimestre par l’Insee, l’IRL est, en effet, calculé à partir de la moyenne, sur les douze derniers mois, de l’évolution de l’indice des prix à la consommation hors tabac et hors loyers. Au troisième trimestre 2021, l’IRL a augmenté de 0,83 %. Il n’avait pas connu une telle hausse depuis le premier trimestre 2020 (+ 0,92 %). La publication du prochain IRL est attendue le 14 janvier 2022.

Le prix de l’électricité : + 4%

Face à la hausse des prix de l’énergie, le gouvernement a pris une série de mesures pour limiter l’impact sur le pouvoir des ménages. Le 21 octobre dernier, le Premier ministre, Jean-Castex, avait annoncé un blocage du tarif réglementé du gaz « tout au long de l’année 2022 », et non plus seulement jusqu’en avril 2022. Concernant l’électricité, la prochaine hausse du prix réglementé, prévue pour février 2022, sera plafonnée à 4 %.

Les denrées alimentaires

Alors que l’envol des cours des matières premières agricoles (céréales, sucre, viande, produits laitiers, etc.) a commencé à se répercuter sur le prix de certains produits dans les rayons comme les pâtes ou la farine, la hausse pourrait s’accentuer en 2022. « Le risque d’inflation sur les produits alimentaires est sur 2022 », avait expliqué Alexandre Bompard, le PDG du groupe Carrefour, le 9 novembre dernier sur Franceinfo. « A ce jour, sur l’année [2021], on est à moins de 1 % de hausse » globale des prix grâce, selon lui, « au travail de tous les distributeurs pour limiter l'inflation sur les produits alimentaires ».

Le Smic : au moins + 0,6 %

Après avoir été exceptionnellement revalorisé de 2,2 % le 1er octobre dernier en raison de l’inflation, le salaire minimum interprofessionnel de croissance (Smic) connaîtra une nouvelle revalorisation le 1er janvier 2022. Comme chaque début d’année, le montant du Smic est en effet réévalué automatiquement en tenant compte de l’inflation et du salaire moyen des ouvriers et des employés. Mais alors que le groupe d’experts qui conseille le gouvernement sur ce sujet préconise une hausse de 0,5 à 0,6 %, la ministre du Travail, Elisabeth Borne, a déclaré la semaine dernière sur BFM Business que le Smic augmentera davantage du fait de l’inflation. Le niveau de la revalorisation sera connu à la mi-décembre après l’annonce des chiffres définitifs de l’inflation de novembre.

Les retraites de base : + 1,1 %

Les pensions de retraite de base seront revalorisées de 1,1 % au 1er janvier 2022. Cette revalorisation concerne toutes les retraites de base, à l’exception de celle des avocats : celle des salariés du privé (Cnav, Carsat et MSA), des fonctionnaires (État et CNRACL) et des indépendants (SSI). En pratique, elle sera appliquée sur les pensions dues au titre du mois de janvier prochain qui sont, le plus souvent, versées début février. En 2020, la hausse s’était élevée à 0,4 %.

Livret A, LDDS : + 0,2 point ?

L’envolée de l’inflation pourrait être une bonne nouvelle pour les épargnants détenteurs de livrets réglementés. Fixé à 0,5 % depuis le 1er février 2020, le taux de rémunération du Livret A et du Livret de développement durable et solidaire (LDDS) pourrait remonter à 0,6 ou 0,8 % le 1er février 2022, si la hausse des prix à la consommation, hors tabac, se maintient.

Tags : Péages, Smic, gaz, électricité