Désactivé Preloader

Les produits d’occasion, une tendance écoresponsable

05 octobre 2020

Les produits d’occasion, une tendance écoresponsable

Vêtements, électroménager, matériels de sport, bricolage... acheter des produits d’occasion, c’est la garantie de réaliser de belles économies. C’est aussi une démarche écoresponsable et antigaspi. En cette période de baisse du pouvoir d’achat, de prise de conscience environnementale et de développement de l’économie circulaire, le marché de la « seconde main » a tout pour plaire.

Une tendance économique et écologique

L’occasion c’est très tendance dans cette période de prise de conscience écologique et de pouvoir d’achat en berne. Plus de neuf Français sur dix (92%) achètent désormais d’occasion selon un sondage PollFish pour Site-annonce.fr publié le 17 septembre 2020. Les voitures sont de très loin les biens les plus prisés en occasion. Ce qui est nouveau, en revanche, c’est le boom de la high-tech, suivie, des vêtements et accessoires de mode, sans oublier l’électroménager. Toutes ces familles de produits voient leurs reventes de seconde main exploser.

Dénicher des produits de seconde main sur Internet

Leboncoin, le leader incontesté des transactions entre particuliers, propose désormais un service de paiement sécurisé gratuit afin d’éradiquer les arnaques aux petites annonces. Pour cela, le site joue le rôle de tiers de confiance en ne reversant l’argent au vendeur que lorsque la livraison est validée par l’acheteur.

De son côté, BackMarket.fr est une market-place française sur laquelle vendent des professionnels européens du reconditionnement. On y trouve une très large sélection de produits multimédia, audio, vidéo, photo, drones, informatique, consoles et accessoires de jeux, mais aussi de petit et gros électroménager. Vous pouvez aussi jeter un œil à ses concurrentes allemandes Rebuy.fr (2 millions d’articles en stock) et Asgoodasnew.fr (spécialisée High-Tech).

Fréquenter les magasins comme Cash converters

Cash Express, Happy Cash, Easy Cash, Cash converters… les enseignes dépôts-vente voient l’engouement des consommateurs grimper en flèche pour la revente de leurs biens d’occasion. Ces réseaux soulignent aussi l’intérêt écologique de leurs services : tous les produits sont à 80% des cas revendus dans le point de vente où ils ont été déposés, sans emballages, ni cartons, ni livraison. Circuit court garanti.

Smartphones, tablettes, l’embarras du choix

L’offre de smartphones reconditionnés est très étoffée, tant en magasins que sur le net. Distributeurs (Auchan, Carrefour, Darty, Fnac…), opérateurs mobiles (Bouygues Telecom, Orange, SFR), spécialistes de l’occasion (Cash Converters, Cash Express, Easy Cash) et entreprises de l’économie sociale et solidaire (Ateliers du bocage, Emmaüs) proposent les smartphones les plus courus dans leurs boutiques comme sur leurs sites web.

Sur le net, ils côtoient les spécialistes des terminaux reconditionnés (BackMarket, Certideal, Magicrecycle, Remade, Recommerce, Rebuy, Smaaart, Yes-Yes). Les modèles reconditionnés sont classés en fonction de leur état ou « grade » : un état « comme à neuf » correspond au grade A+ (sans défaut, écran exempt de microrayures). Un « état d’usage » ou grade B indique la présence de rayures sur l’écran, de coins de carrosserie légèrement abîmés ou d’un patine générale acceptable. Aucune classification officielle n’existe. Un comparatif minutieux des offres à prix équivalent s’impose.

Vêtements et accessoires de mode, la fripe c’est chic

Près de deux Français sur cinq ont acheté des vêtements d’occasion en 2019 et près de la moitié (48%) d’entre eux ont l’intention d’en acheter davantage en 2020 selon une étude de l’Institut Français de la Mode menée conjointement avec la Fevad. Vinted est la plateforme la plus populaire. On y trouve de tout, du pull à quelques euros comme du prêt-à-porter haut de gamme à plusieurs centaines d’euros.

Videdressing se focalise davantage sur les vêtements de milieu de gamme et luxe, en maroquinerie notamment. VestiaireCollective est spécialisée dans les vêtements de haut de gamme et de luxe. Pour savoir quelle économie espérer, Videdressing publie un barème utile : du neuf avec étiquette se négocie de 50 à 60% du prix boutique, du neuf sans étiquette, de 40 à 50%, du « très bon état » de 30 à 40%, du « bon état » de 20 à 30% et de l’état « moyen » de 10 à 20% du prix boutique.

E.Leclerc, Auchan, Carrefour, la grande distribution s’y met

Les enseignes d’hyper et supermarchés ne veulent pas manquer le virage de l’économie circulaire. E.Leclerc fut le premier à se lancer en 2018. Raison pour laquelle on dénombre aujourd’hui 30 Leclerc Occasion en France et l’enseigne prévoit de doubler ce nombre d’ici la fin de l’année 2020. Les livres et DVD y sont les produits les plus prisés, devant l’électroménager.

Juste avant le confinement, Auchan avait équipé cinq de ses magasins d’espaces de vente de vêtements d’occasion, en partenariat avec Patatam, une entreprise basque spécialisée. 8 euros la robe, 3 euros le t-shirt, 15 euros le blouson, la politique du prix unique simplifie le choix.

Carrefour vient de signer un partenariat avec les magasins Cash Converters. L’opération aboutira prochainement à l’ouverture d’espaces de vente de 100m² dédiés aux objets de seconde main, des domaines de la téléphonie, des jeux vidéo, des bijoux, de l’informatique, des livres...

Tags : Facture, chèque, gaz, électricité, FIGARO